Cannabis et schizophrénie

La relation entre le cannabis et la schizophrénie est beaucoup plus complexe qu’on ne l’imagine. En effet, un certain nombre de facteurs entrent en jeu, comme l’âge auquel la marijuana est consommée pour la première fois. La quantité et la fréquence de la consommation de cannabis jouent également un rôle important. Même les vulnérabilités génétiques.

En fait, le consensus général est que la consommation de cannabis augmente le risque de psychose, bien que chez tous les utilisateurs l’effet soit significativement faible. Cependant, l’effet semble être beaucoup plus fort chez les personnes qui présentent déjà un risque de schizophrénie.

Les personnes ayant des antécédents familiaux de troubles psychotiques, ou celles qui ont été victimes d’abus dans leur enfance, courent également un risque élevé de développer des troubles psychotiques si elles consomment du cannabis.

Ce que vous devez savoir sur le cannabis et la schizophrénie

La schizophrénie et les autres maladies psychotiques sont des sources majeures de mortalité dans le monde entier. Ils représentent également une charge financière importante pour les systèmes de soins de santé. Cela a conduit de nombreuses personnes à se demander si la psychose peut être guérie ou quel est le traitement le plus efficace.

Ce qui est certain, c’est qu’il faut identifier les facteurs de risque afin d’améliorer la santé publique mondiale dans ce cas précis. Les experts s’accordent à dire que la schizophrénie est causée par une combinaison de variables biologiques et environnementales, et l’on soupçonne depuis longtemps la consommation de cannabis de jouer un rôle.

Le cannabis était connu pour provoquer des états psychotiques aigus de courte durée. Cependant, les données étaient insuffisantes pour indiquer un lien réel entre le cannabis et les maladies psychotiques chroniques telles que la schizophrénie.

cannabis schizophrénie

Effets à long terme (facteurs de risque de schizophrénie)

Le Dr Stan Zammit, professeur d’épidémiologie psychiatrique, et ses collègues ont évalué la relation complexe entre la consommation de cannabis et ses effets à long terme sur la santé mentale. Les recherches ont porté en particulier sur l’impact du cannabis sur le risque de schizophrénie.

L’étude a révélé que les personnes qui consommaient régulièrement du cannabis présentaient un risque de schizophrénie nettement plus élevé que les autres. Il est important de noter que les preuves montrent que la consommation de cannabis a une influence causale sur la psychose. Cet effet persiste même après avoir pris en compte les effets d’autres médicaments et d’autres facteurs de risque putatifs.

Dans le même temps, des recherches menées par l’université de Tel Aviv, en Israël, ont révélé que des souris génétiquement sensibles développaient des changements liés à la schizophrénie après avoir été exposées à la marijuana.

En d’autres termes, l’étude indique que le cannabis est plus susceptible de produire des effets psychiatriques à long terme chez les personnes les plus sensibles. Les recherches montrent également que la marijuana présente un risque différentiel entre les personnes sensibles et non sensibles.

Par conséquent, les jeunes ayant une prédisposition génétique à la schizophrénie, ainsi que ceux ayant des antécédents de troubles psychiatriques dans leur famille, sont plus susceptibles de développer une schizophrénie s’ils consomment du cannabis pendant l’adolescence.

Qu’est-ce que la schizophrénie ?

Avant de parler du traitement de la schizophrénie, il est essentiel de comprendre d’abord ce qu’est la schizophrénie. La schizophrénie est une maladie mentale qui altère la capacité à penser clairement. Les symptômes peuvent avoir un impact sur votre capacité à faire face à la vie quotidienne.

En tant que telle, elle est considérée comme une grave maladie du cerveau qui rend difficile de savoir ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Il vous empêche également de penser efficacement, de gérer vos émotions, d’établir des relations avec les autres et de mener une vie normale. Elle a un impact sur la façon dont une personne agit, pense et perçoit le monde.

Letype le plus courant est la schizophrénie paranoïde, parfois appelée schizophrénie avec paranoïa. Les personnes souffrant de schizophrénie paranoïde ont une vision déformée de la réalité. Ils peuvent voir ou entendre des choses qui n’existent pas, parler de manière confuse, croire que les autres leur veulent du mal ou avoir l’impression d’être constamment surveillés.

Tout ce qui précède peut causer des problèmes dans les relations, interférer avec l’exécution des tâches quotidiennes, y compris le bain ou l’alimentation. Elle peut même conduire les gens à s’automédicamenter avec de l’alcool et des drogues.

Pendant les épisodes psychotiques, les périodes de dépression et les six premiers mois suivant le début du traitement, de nombreuses personnes atteintes de schizophrénie se retirent du monde extérieur, agissant de manière confuse et terrifiée. Ils sont également exposés à un risque élevé de suicide.

savoir si je suis schizophrène

Comment puis-je savoir si je suis atteint de schizophrénie ?

Bien que la schizophrénie soit une maladie chronique, bon nombre des craintes qu’elle suscite chez les gens sont sans fondement. C’est le cas des hallucinations de la schizophrénie. La plupart des personnes atteintes de schizophrénie s’améliorent plutôt que de se détériorer avec le temps. Les possibilités de traitement sont en constante augmentation et il existe de nombreuses façons de traiter la maladie. Une rupture psychotique avec des articulations n’est pas un bon traitement bien sûr.

La schizophrénie étant souvent épisodique, les périodes de rémission sont propices à la mise en œuvre de méthodes d’auto-assistance visant à réduire la durée et la fréquence des futurs épisodes.

De nombreuses personnes peuvent gérer leurs symptômes légers de schizophrénie en fonctionnant de manière autonome. En fait, ils peuvent mener une vie pleine et enrichissante avec les soins, la médecine et la thérapie appropriés.

A quel âge la schizophrénie apparaît-elle ?

La schizophrénie affecte certaines personnes rapidement et sans avertissement. Cependant, dans la grande majorité des cas, la schizophrénie paranoïde se développe progressivement. Des signes avant-coureurs subtils apparaissent, et la personne présente une réduction progressive de son fonctionnement bien avant le premier épisode grave.

Les amis ou les membres de la famille remarqueront souvent que quelque chose ne va pas dès le début, même s’ils ne savent pas de quoi il s’agit. Les autres peuvent percevoir la personne comme étrange, démotivée, sans émotion et isolée, surtout pendant les premiers stades de la schizophrénie.

Qu’il s’agisse de psychose schizophrénique ou de schizophrénie légère, l ‘individu peut commencer à s’isoler, ignorant son apparence. Il ou elle peut également commencer à dire des choses étranges et à montrer un manque d’intérêt général pour la vie.

Dans de nombreux cas, il est possible que la personne abandonne ses passe-temps et activités préférés. En conséquence, leurs performances au travail ou à l’école en pâtiront. Bien que la schizophrénie puisse apparaître à tout âge, l’âge moyen d’apparition de la maladie chez les hommes se situe entre la fin de l’adolescence et le début de la vingtaine. Chez les femmes, la schizophrénie apparaît entre 20 et 30 ans.

Cependant, la schizophrénie est rarement diagnostiquée chez les enfants de moins de 12 ans ou chez les personnes de plus de 40 ans.

schizophrénie paranoïde

Symptômes de la schizophrénie paranoïde

Les signes précurseurs de la schizophrénie sont les suivants :

  • L’isolement social et la dépression.
  • Regard plat, sans expression.
  • Méfiance, hostilité, ainsi que des réactions extrêmes aux critiques.
  • Incapacité à pleurer ou à exprimer sa joie.
  • Manque d’hygiène personnelle.
  • Affirmer des choses étranges ou irrationnelles, utiliser des mots étranges.
  • Sommeil excessif, incapacité à se concentrer.

Ces signes d’alerte peuvent être dus à divers problèmes, et pas seulement à la schizophrénie, et doivent être pris au sérieux. Il est recommandé de consulter un médecin si un comportement inhabituel cause des problèmes dans votre vie ou dans celle d’un proche. Si la schizophrénie ou une autre maladie mentale en est la cause, il sera bénéfique de chercher un traitement dès que possible.

Cependant, cinq symptômes de la schizophrénie ont été identifiés. Toutefois, le schéma et l’intensité des symptômes diffèrent considérablement d’une personne à l’autre. En outre, toutes les personnes atteintes de schizophrénie ne présentent pas tous les symptômes, et même ces symptômes peuvent changer avec le temps.

Délires

Avant de savoir si la schizophrénie se guérit ou non, il est important de comprendre l’un de ses principaux symptômes : les délires. Fondamentalement, il s’agit de croyances persistantes qu’une personne entretient malgré des preuves claires et convaincantes du contraire.

Ces délires sont particulièrement fréquents chez les personnes atteintes de schizophrénie et touchent plus de 90 % des personnes diagnostiquées. Ces délires sont souvent accompagnés de croyances ou de fantasmes irrationnels ou bizarres, tels que :

  • Idées délirantes de persécution
  • Les illusions de référence
  • La folie des grandeurs
  • Idées délirantes de contrôle

Hallucinations

Les sons ou autres expériences que l’on croit réels mais qui sont simplement dans la tête sont appelés hallucinations. Si les hallucinations peuvent affecter n’importe lequel des cinq sens, les hallucinations auditives, c’est-à-dire entendre des voix ou entendre autre chose, sont le type d’hallucination le plus courant.

Cela se produit généralement lorsque vous percevez votre propre dialogue interne comme émanant d’un autre endroit. La signification des idées paranoïaques ou des hallucinations schizophréniques est souvent personnelle à la personne qui les éprouve.

De plus, les voix sont souvent celles d’une personne familière, et sont souvent négatives, profanes ou agressives. Les hallucinations visuelles sont également fréquentes, bien que tous les types d’hallucinations soient aggravés lorsque la personne est seule.

Manière désordonnée de parler

La schizophrénie peut rendre difficile la concentration et le maintien d’une pensée, ce qui peut se manifester dans le discours. Une personne atteinte de schizophrénie peut répondre à des questions par une réponse sans rapport, en commençant ses phrases par un sujet et en les terminant par un autre. Il peut même parler de manière incohérente ou faire des déclarations illogiques.

Comportement désorganisé

La schizophrénie affecte votre capacité à prendre soin de vous, à travailler et à communiquer avec les autres en perturbant l’activité orientée vers un but. Voici des exemples de comportements désorganisés :

  • Manque d’inhibition et incapacité à contrôler les impulsions
  • Réponses émotionnelles imprévisibles ou inappropriées
  • Diminution de la performance quotidienne globale
  • Comportements qui semblent bizarres et sans but précis

Absence de comportement normal

L’absence d’activités typiques présentes chez les personnes en bonne santé est connue sous le nom de symptômes “négatifs” de la schizophrénie. Il s’agit notamment des éléments suivants :

  • Manque d’expression émotionnelle: l’individu présente une voix plate, un manque de contact visuel et des émotions faciales vides ou limitées, ainsi qu’un visage sans expression.
  • Manque d’intérêt ou d’enthousiasme: cela se traduit par des problèmes de motivation, ainsi que par un manque de soins personnels.
  • Manque apparent d’intérêt pour le monde. La personne a un manque apparent de conscience de l’environnement, et évite l’interaction sociale.
  • Problèmes et anomalies de la parole. Elles comprennent l’incapacité à tenir une conversation, à donner des réponses brèves et souvent sans rapport avec les questions posées. Il est également fréquent qu’un monotone soit utilisé.
traitement de la schizophrénie

Traitement de la schizophrénie - la schizophrénie est-elle guérissable ?

Aussi pénible que puisse être un diagnostic de schizophrénie, ignorer le problème ne le fera pas disparaître. Il est essentiel de commencer un traitement le plus tôt possible avec un expert en santé mentale compétent.

En même temps, il est très important de ne pas adhérer à la stigmatisation qui entoure la schizophrénie ou à l’idée qu’il est impossible de s’en remettre. Un diagnostic de schizophrénie ne signifie pas que vous devrez vivre avec des symptômes de plus en plus graves et des hospitalisations récurrentes pour le reste de votre vie.

De nombreuses personnes atteintes de schizophrénie peuvent retrouver un fonctionnement normal et même cesser de présenter des symptômes grâce à un traitement approprié et à l’auto-assistance. Il convient de noter que le traitement médical de la schizophrénie consiste principalement en des médicaments antipsychotiques.

S’ils sont efficaces pour réduire les symptômes de la schizophrénie, ils ont souvent des effets indésirables sur le patient. C’est pourquoi le système cannabinoïde endogène a été étudié ces dernières années comme un traitement thérapeutique potentiel de la schizophrénie.

La possibilité que les propriétés antipsychotiques du cannabidiol puissent bénéficier aux personnes souffrant de schizophrénie est actuellement évaluée. Malheureusement, la relation positive entre la marijuana et la schizophrénie n’a pas été totalement établie.

Cependant, les premières recherches ont révélé que le CBD peut atténuer les symptômes positifs de la schizophrénie, sans générer d’effets secondaires indésirables.

cbd schizophrénie

Médicaments et thérapie

La combinaison de médicaments, de thérapies, de changements de mode de vie et de soutien social constitue la stratégie de traitement la plus efficace de la schizophrénie. En d’autres termes, la schizophrénie est une maladie chronique qui nécessite une thérapie à long terme.

Les personnes qui se demandent si la schizophrénie peut être guérie doivent comprendre que pour éviter de nouveaux épisodes et rester sans symptômes, il est nécessaire de poursuivre le traitement, même lorsqu’elles se sentent mieux. Toutefois, le traitement peut changer au fil du temps. Votre médecin peut être en mesure de réduire la quantité ou d’ajuster le médicament lorsque vos symptômes s’améliorent.

Les symptômes psychotiques tels que les hallucinations, les délires, la paranoïa et la pensée désorganisée sont réduits par les médicaments contre la schizophrénie. Cependant, rien de tout cela ne peut guérir la schizophrénie.

La thérapie peut aider à développer des compétences d’adaptation et de vie. Également dans la gestion du stress, la résolution de problèmes interpersonnels et l’amélioration de la communication.

La thérapie de groupe peut même être utilisée pour rencontrer d’autres personnes dans une situation similaire. Cela peut être idéal pour obtenir des conseils utiles sur la façon de surmonter les obstacles.

Articles connexes

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous et bénéficiez d’une réduction de 10% sur votre achat.

Suscríbete y recibe un
10%DE DESCUENTO

Suscríbete y recibe un

10%DE DESCUENTO

Sólo por suscribirte a la lista de correo, recibirás inmediatamente un código descuento de un 10% para tu próxima compra

¡Te ha suscrito correctamente! Utiliza tu código HIGEA10 para recibir el descuento

0
Tu compra